24 June 2024

Pensée systémique

La plupart des grands problèmes rencontrés nécessitent une approche systémique pour leur résolution.

Ils ne peuvent être résolus en se préoccupant d’un élément indépendamment des autres dans une approche compartimentée, silotée.

En effet, des détails apparemment mineurs en apparence, ont la capacité de saper les meilleurs efforts d’une pensée trop étroite.

Il faut au contraire prendre en compte la totalité des faits d’un système complexe, et parfois même complexe et changeant, en tant que parties intégrantes d’un ensemble dont les différentes composantes sont dans une relation d’inter-dépendance.

Le tout est plus que la somme des parties. (ARISTOTE)

La pensée systémique est une discipline qui permet de percevoir les phénomènes dans leur totalité et de prendre conscience que chacun fait partie intégrante du système :

  • Chacun est influencé par le système et à son tour chacun influence également le système

Dans chacun des courants systémiques tels que la cybernétique, l’école de Palo Alto, la pensée d’Edgar Morin, la vision du MIT, il existe un certain nombre de principes qui les définissent :

  • Enoncer une description exacte du problème rencontré et présenter quelques éléments du contexte, mais il faut bien faire attention à ne pas aller dans le jugement ou à des conclusions trop rapides
  • Faire émerger les histoires sous-jacentes, énoncer le maximum d’idées divergentes, vore éventuellement celles qui peuvent paraître un peu loufoques au départ, mais les prendre sans jugement aucun, sans censure
  • Identifier les variables clés caractéristiques
  • Repérer les interdépendances et les interrelations ainsi que les effets d’amplification, de régulation, d’avance ou de retard
  • Considérer les organisations comme des systèmes vivants composés d’éléments en interaction
  • Voir au-delà des erreurs ou des événements pour comprendre les problèmes de fond
  • Découvrir les vraies causes des comportements sans s’arrêter aux simples symptômes apparents
  • Prendre conscience que l’acteur humain est un élément du système et non un élément extérieur et voir comment il influence la réalité et comment la réalité l’influence à son tour (expérience du chat de Schrödinger)
  • Réaliser que bien souvent voire continuellement nous créons nos propres problèmes
  • Observer les actions/comportements et la structure qui les sous-tend, donc avoir une pensée et une vision globales et inclusives

Versions :

  • Créé le 28/05/2023

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *