31 January 2023

Agile Discipliné (Disciplined Agile – DA) : le concept ShuHaRi (ou Shu-Ha-Ri)

ShuHaRi

  • Shuhari (ou Shu-Ha-Ri) est un concept issu des arts martiaux japonais qui décrit les 3 étapes de l’apprentissage :
    • Shu
    • Ha
    • Ri
  • Le concept Shu-Ha-Ri est parfois appliqué à d’autres disciplines comme l’Aïkido ou le jeu de go par exemples.

Shu-Ha-Ri

  • ShuHaRi peut se traduire par :
    • Shu / Suivre les règles,
    • Ha / Comprendre les règles,
    • Ri / Transcender les règles.

Shu-Ha-Ri (étymologiquement)

  • Shu (守:しゅ, “protéger”, “obéïr”) : sagesse traditionnelle
    • Apprendre les fondamentaux
  • Ha (破:は, “se détacher”, “digresser”) : casser avec la tradition
    • Trouver de nouvelles approches
    • Trouver les exceptions à la sagesse traditionnelle
  • Ri (離:り, “quitter”, “se séparer”) : transcender
    • Tous les mouvements sont permis, nous pouvons en créer des nouveaux,
    • C’est même encouragé car nous sommes au-delà de la technique ou de la sagesse traditionnelle

Méthodologie du Shu-Ha-Ri

  • Shu Ha Ri peut être vu comme des cercles concentriques, avec le Shu dans le Ha, et le Shu et le Ha dans le Ri.
  • Fondamentaux
    • Les techniques et connaissances fondamentales ne changent pas (ce sont les Fondamentaux de la Discipline).
    • Dans la phase Shu, l’étudiant n’est pas encore prêt à explorer différentes voies.
    • Voir ci-dessous la métaphore de l’apprenti “balayeur” (parabole du Maître de sabre).

Le concept Shu-Ha-Ri

  • Le concept Shuhari a été présenté en premier lieu par Fuhaku KAWAKAMI (jo-ha-kyū) dans le Tao of Tea.
    • Par la suite, ZEAMI, le maître du Noh, a étendu le concept à la danse.
    • Le Shu-Ha-Ri a été adopté aussi comme concept par l’Aikido (ou Art de la Paix).
    • Cela fait aussi partie de la philosophie Shorinji KEMPO.

Pour plus d’informations, voir l’article ShuHaRi sur Wikipedia.

Le Maître de sabre – Conte Zen Traditionnel

  • Un étudiant en Arts Martiaux se présente devant un Maître de sabre pour devenir disciple.
  • Le Maître demande :
    • « Que veux-tu ? »
  • L’étudiant répond :
    • « Maîtriser la voie du sabre »
  • Le Maître lui donne alors un balai et lui confie tout le ménage de son école en lui interdisant d’assister à ses cours.
    • L’étudiant passe dès lors des journées exténuantes d’homme de peine mais, à chaque fois qu’il en a l’occasion, il observe en secret les cours de sabre et s’entraîne la nuit à imiter, avec son balai, les techniques qu’il a réussi à surprendre.
    • Les jours se passent dans le labeur fastidieux du nettoyage.
    • Le Maître semble avoir totalement oublié le disciple, ne lui adressant jamais la parole et semblant ne pas le voir lorsqu’il le croise.
    • Le disciple est passablement découragé mais continue néanmoins de balayer.
  • Au bout de deux mois, alors que le disciple balaie la cour, le Maître s’approche en silence derrière lui et l’assomme d’un coup de bâton.
    • Après l’avoir ranimé, il lui dit :
      • “Tu dois apprendre le sabre même en balayant.”
    • Mortifié, l’élève redouble son espionnage, son entraînement secret, en continuant le balayage.
    • Le Maître a repris son attitude indifférente et le disciple désespéré s’abrutit de fatigue dans son entraînement secret pour calmer ses angoisses.
  • Au bout de trois mois, dans un état d’épuisement et de frustration totale, il décide de demander des explications au Maître.
    • Dans un état somnambulique, il se présente devant son Maître, le balai à la main, et ouvre la bouche pour parler, mais avant qu’il ait pu prononcer un mot, le Maître l’attaque avec son sabre.
    • Dans son état second, le disciple anticipe le mouvement et, sans se rendre compte de ce qu’il fait, il esquive l’attaque et bloque le mouvement du Maître avec son balai comme il l’a vu faire dans les entraînements.
    • Réalisant ce qui vient de se passer, le disciple est persuadé qu’il va être renvoyé par le Maître auquel il vient de faire perdre la face.
  • Le Maître lui dit alors en souriant :
    • « Tu as gagné ton premier combat, je t’accepte comme disciple ».
  • Remarque
    • Cette métaphore illustre parfaitement le concept Shu-Ha-Ri
      • Prenez un peu de temps pour la relire sous cet angle de vue

La parabole de la ceinture noire – Autre conte Zen traditionnel

  • Imaginez un pratiquant en arts martiaux en train de s’agenouiller face au “Sensei” au cours d’une cérémonie de remise d’une ceinture noire bien méritée.
    • Après des années d’entraînement intensif, l’étudiant a fini par atteindre l’apogée de la réussite dans sa discipline.
      • « Avant que je ne t’accorde la ceinture, tu dois encore passer une épreuve », dit le Sensei.
      • « Je suis prêt », répond l’étudiant, s’attendant probablement à un autre combat.
      • « Tu dois répondre à la question essentielle »
      • « Mais qu’elle est donc cette question ? »
      • La voici : « Quelle est la vraie signification de la ceinture noire ? »
      • « La fin du voyage », dit l’étudiant, «c’est une récompense bien méritée pour le travail fourni.»
      • Le Sensei attend davantage, il n’est visiblement pas satisfait.
      • Puis il finit par parler : “Tu n’es pas prêt pour la ceinture noire, reviens dans un an.”
    • Un an plus tard, l’étudiant s’agenouille de nouveau devant le Sensei.
      • « Quelle est la vraie signification de la ceinture noire ? », demande-t-il.
      • « Un symbole du mérite et le plus grand accomplissement de notre art », répond l’étudiant.
  • Un instant, s’il vous plaît : imaginez un pratiquant en arts martiaux en train de s’agenouiller face au “Sensei” au cours d’une cérémonie de remise d’une ceinture noire bien méritée.
    • Continuons donc …
      • Le Sensei ne dit rien pendant plusieurs minutes, attendant, il n’est visiblement pas satisfait.
      • Puis il finit par parler :
      • “Tu n’es pas prêt pour la ceinture noire, reviens dans un an.”
    • Un an plus tard, l’étudiant s’agenouille encore une fois devant le Sensei.
      • Le Sensei demande encore à l’étudiant :
      • “Quelle est la vraie signification de la ceinture noire ?
      • « La ceinture noire représente le commencement, le départ d’un voyage infini dans la discipline, le travail et la poursuite d’un niveau toujours plus haut, dit l’étudiant.
      • « Oui, tu es désormais prêt à recevoir la ceinture noire et à commencer ton travail.”

Si nous relisons cette métaphore avec le filtre Shu-Ha-Ri

  • Nous comprenons bien le cheminement de l’élève dans son apprentissage et sa compréhension de sa Discipline.
    • La première fois, c’est Shu, et l’élève n’a pas encore pris de la hauteur par rapport aux fondamentaux.
    • La deuxième fois, c’est Ha, et l’élève a pris de la hauteur par rapport aux fondamentaux, mais pas encore suffisamment.
    • La troisième fois, c’est Ri, et l’élève a pris suffisamment de hauteur par rapport aux fondamentaux, et il comprend qu’il s’agit d’un Art, avec une démarche d’excellence et d’amélioration continue.
  • Finalement le vrai apprentissage peut maintenant commencer, l’élève est prêt et le Maître peut arriver.

Versions

  • Créé le 11/01/2023.
  • Mis à jour : 16/01/2023.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *